«La danse des orifices» (Rituel de désenvoûtement / Cie la fêlure)

(#Mö & Queen Blandine – Brest/Marseille)

Dimanche 21 à Apostazik, 19h45

Première collaboration artistique de ces deux ami.e.s ( Morgane Doré et Blandine Voineau ) relié.e.s par San Nazer, la mer, l’amour de l’art brut et expérimental. Ielles vont vous catapulter dans l’au-delà via une performance unique: Un récital de musique noise baroque blasphématoire pour une cérémonie d’hommages à nos héritages profanes et sacrés.

#Mö – mutant.e Post apo 3.0 (Saint-Naz/Brest):

Mö est un.e inter agitateur.rice de particules bruyantes opérant depuis des années au sein de la scène alternative brouillant les pistes de l’identité et du genre. Sur scène iel peut osciller entre mix improbable de 45trs collectors et lives expérimentaux sur Nintendo DS, entre autres. Iel est également fondateur.rice de nombreux projets musicaux et artistiques:

B0RD3L1K (Sound System/Label), KOR A KOR (Label vinyl), BEACH ART CENTER (Artivisme) pour ne citer qu’eux.

#Mö est éclectique et inclassable, une bombe qui éclate les clichés, pour exploiter les failles de tous les systèmes. Platiniste, iel peut autant vous faire rayer le plancher que de vous faire plonger dans une profonde introspection.

https://cchwet.wordpress.com/

https://vimeo.com/cchwet

https://soundcloud.com/m0n1k23

Queen Blandine – performeuse féministe prosex (Saint-Naz/Marseille):

Elle pratique l’expérimentation permanente et le happening trash au sein de l’Embobineuse (temple de l’underground marseillais) avant de fonder la compagnie la fêlure en 2014 avec plusieurs autres artistes féminin.e.s. Prenant pour objet l’aspect politique du corps, elle développe une esthétique brute et organique à travers le chant lyrique, la poésie sonore, la nudité, le geste. Elle collabore avec d’autres artistes : Sasana, Carne Cruda, Swan Higelin, Jeanne des Abattoirs, Kalalunatic, Ariane Voineau, …

Fondatrice parmi d’autres de la compagnie la fêlure. Être ensemble, essayer, se tromper, recommencer, mettre en synergie le meilleur de nous même, entre femmes, entre minorités de genre, pour se donner mutuellement confiance dans ce qu’on est et dans ce qu’on fait. Pour penser collectivement ce qu’il est urgent de dire pour nous à ce moment là. Se faire un terrain de jeu où les règles sont établies par nous même et non imposées par un ordre androcentrique. Se questionner sans cesse sur les rapports de domination. Utiliser le corps comme laboratoire des possibles.

www.lafelure.com